Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

NZ 1, l'arrivée à Auckland.

Nouvelle Zélande 1,

 

L’arrivée à Auckland.

 

 

Proverbe Maori :

 

« He aha te mea nui o te ao ? He tangata ! He tangata !”

 

“ La chose la plus importante au monde, ce sont les gens”

 

 

 

Pas tout à fait l’autre bout du monde mais si proche…plus loin c’est l’Antarctique.

 

Une quinzaine d’heures de transport depuis l’Asie jusqu’à  « Aotearoa », la terre ancestrale du peuple Maori : un brutal changement.

 

De la fournaise de Bangkok au presque provincial aéroport d’Auckland, un nouveau voyage débute…

 

L’officier de l’immigration qui nous accueille est souriant ; Il a les épaules d’un rugbyman, le teint pâle d’un Irlandais et le nez d’un boxeur.

 

À l’encre noire, Il tamponne le passeport de la feuille de fougère, symbole du pays, et annonce : « Enjoy New Zealand ! »

 

Nous y voila dans ce Nouveau Monde, dans ce pays qui a la plus courte histoire de la planète, un des derniers territoires découverts par les hommes…

 

La voiture qui nous conduit vers la rive nord, dans la banlieue résidentielle d’Auckland, traverse la capitale économique du pays en à peine trente minutes.

 

La ville, plantée sur un isthme qui s’enroule autour de deux baies, semble ronronner à l’heure de la pose du déjeuner.

Les cratères volcaniques  dominant la cité, sentinelles, elles aussi assoupies, offrent de magnifiques points de vue sur la mer de Tasman et l’océan Pacifique.

 

Auckland et une ville d’eau…et de bières.

 

Aucune agitation comparable aux grandes villes européennes ne peut laisser supposer que la métropole compte près d’un million quatre cent mille habitants.

Ici, la mer  calme et apaise probablement…

 

Les marinas de la ville d’Auckland abriteraient pas loin de cent cinquante mille bateaux…Les deux passions se côtoient, la « Cité des voiles » applaudit à tout rompre lorsque les « All Blacks » balayent tout sur leur passage ; à l’inverse, les buveurs de bières ne tarissent pas d’éloges lorsque « Team New Zealand » régate pour l’América’s cup.

 

Ici les comptes sont vite faits : Quatre million Trois cent mille « Kiwis », un peu plus de trois millions au nord et un million cent dans l’ile du sud : on ne se bouscule pas sur ce territoire légèrement  plus grand que le Royaume Uni.

 

Évidemment ça laisse de l’espace pour les quatre millions de vaches…et les quarante à soixante millions de moutons (...On n’est pas à vingt millions près, cependant la production est en baisse nous dit-on !)

 

Mais ce pays nouveau ne se limite pas à la laine, au lait et au ballon ovale…Tout d’abord ce qui frappe le plus ce sont les paysages, après ce sont les paysages et ensuite ce sont les paysages!...

 

C’est une nature grandiose, préservée, jalousée par bien d’autres paradis terrestres.

 

Au  pays du « Seigneur des anneaux » et de la « leçon de piano », on cultive le respect des espaces naturels.

Avec si peu d’habitants sur une telle superficie ça leur est, bien entendu, plus facile, mais à n’en pas douter, la prise de conscience est importante dès le plus jeune âge.

 

Comme nous pourrons le constater par la suite, cette politique naturellement « verte »,  n’épargne pas les Néo-Zélandais des paradoxes.

 

Doucement, la voiture s’est garée à la porte du domicile de Martin et June : nous sommes à Takapuna, banlieue résidentielle d’Auckland. Les Allison sont absents durant trois jours, partis en Taranaki à New Plymouth  célébrer un mariage.

 

Pour nous seuls cette grande maison avec terrasse, cela fait six mois que nous n’avons pas connu ce genre d’hébergement!

 

Sur le plan de travail, un mot griffonné de June : « welcome in New Zealand, faites comme chez vous ! »,  Martin a ajouté : « il y a du Sauvignon et du Chardonay au frais »

 

Un bon départ, dans ce beau pays que ses habitants aiment à faire à partager avec plaisir!

 

 

 

 

 

 

 

 

 



31/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi