Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Ouganda: Vers la frontière Rwandaise

Les Toyota sont populaires en Afrique, minibus ou berlines on en voit partout ! Voitures increvables, les Africains les maintiennent en vie sans limite.

 

Nous les savions robustes ces guimbardes !... mais nous ignorions leur capacité extensible au covoiturage !

 

Sud Ouganda, Kasese, baigné par un soleil blanc, 10h du matin sur un terreplein défoncé qui  parque « matutu »  et «taxis » d’occasion, on cherche un véhicule qui nous mènera à la frontière du Rwanda…ce soir nous dormirons au « Pays des Mille Collines ».

 

Un rabatteur nous accoste, il a ce qu’il faut pour notre bonheur et ça part dans l’instant ! Le coffre de la Toyota « Corolla » déborde déjà et nos sacs ne sont pas encore placés. On vide le coffre, on déplace les sacs, on repositionne, on change le sens des bagages…on discute…finalement, comme toujours c’est une grosse ficelle qui maintiendra le hayon écrasant délicatement les sacs.

 

Placée d’autorité par le rabatteur, Marie est installée à l’avant près du chauffeur, cela ne semble pas du goût d’un petit jeune qui doit céder sa place et se retrouve en quatrième position sur sur la banquette arrière…les « zumgu » c’est devant, une place de choix !

 

Il ne me reste plus qu’à me caser côté porte, à l’avant, avec nos petits sacs à dos de journée…nous voilà trois devant avec le chauffeur qui tasse Marie et qui laisse la portière ouverte….le rabatteur , portable à l’oreille, semble donner des instructions, puis s’adresse à  un jeune de taille respectable qui se dirige vers notre voiture…moment de flottement…le lascar s’installe dans l’habitacle : c’est lui le pilote ! « Ah non c’est pas possible ! » dit Marie, « ça va pas le faire ! »…

 

4 devant, 4 derrière…les portes sont condamnées électriquement, les vitres sont baissées pour pouvoir dégager un bras, le voisin de Marie a les deux jambes glissées près des pédales du chauffeur !

 

La route de montagne qui serpente de Kasese  à Kisoro, dernière ville Ougandaise avant le poste frontière Rwandais, est une route neuve, extrêmement bien macadamisée, mais comportant plusieurs cols d’altitude et  charriant de lourds camions….le trajet est court et sinueux, 75 km séparent les deux villes, en deux heures les fortes rampes de la montagne sont avalées. Le spectacle est sublime, la montagne magnifique, les vallées majestueuses….

 

Pour passer les vitesses, le chauffeur glisse le bras sur les cuisses de son voisin et Marie lève les fesses pour lui faciliter la prise en main du levier, … et en montagne on change souvent de vitesse ! Donc marie lève ses fesses autant de fois que nécessaire ! Les descentes de cols  sont stupéfiantes, les lacets sont pris larges, la  bonne vieille « Corolla » colle au goudron, certains dépassements  de camions sont limites mais la route semble autoriser le croisement à trois véhicules.

 

Les premiers camps de bâches blanches du HCR  abritant les réfugiés Congolais annoncent l’arrivée dans Kisoro…libéré des autres passagers, le chauffeur nous  propose de nous pousser au poste frontière tout proche. Quelques shillings supplémentaires dans sa poche que le rabatteur n’aura pas, l’Ougandais nous quitte en nous  souhaitant bon voyage… 

 

Nous voilà marchant entre deux longues files de poids lourds arrêtées de chaque côté de la route pour les formalités ; Trois gorilles statufiés sur un socle en béton vieillissant  supportent quelques corbeaux…Derrière ses lunettes fumées, l’officier de l’immigration, timbre lourdement nos passeports, vérifie un par un les trois billets de 20 dollars et nous lance en Français sonore : « Madame, Monsieur …Bienvenu au Rwanda ! »



27/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi