Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Grands Parcs Nationaux 9, "Bryce Canyon"

Grands Parcs Nationaux 9, l’amphithéâtre de Bryce.

 

« Tout autour, à perte de vue, le désert rouge, les dômes, des bosses et des arêtes sur un plateau tordu comme une tôle sortie d’un brasier… »

 

Arnaud Devillard.

 

« Fichu endroit pour perdre une vache ! » aurait pensait tout fort le charpentier Ebenezer Bryce, ce Mormon venu d’Ecosse qui s’installa dans le coin pour exploiter le bois d’une forêt généreuse…

 

S’il ne fut pas le découvreur de ce splendide théâtre brut et vierge, il fut le premier pionnier à y vivre durablement avec sa famille. L’endroit fut naturellement baptisé le canyon de Bryce en référence à la sédentarisation de la famille Bryce qui y édifia un solide chalet de montagne.

 

Lorsque le site devint « National Park » en 1928, l’Utah et l’administration Fédérale conserva la désignation familière de « Bryce Canyon » bien qu’il ne s’agisse nullement d’un canyon mais d’un amphithéâtre d’une rare et singulière beauté.

 

Parmi les extraordinaires sites de l’Ouest Américain, s’il fallait en élire un seul, la tâche serait complexe…Cependant, nulle doute que « Bryce » serait en très bonne position pour emporter la palme!

 

Le site est absolument étourdissant de beauté ; Lorsque le soleil se lève sur les cheminées de fée qui hérissent la vallée, quand la clarté jaillit sur les tours rocheuses et les flèches fragiles de grès dégradé, le spectacle devient gigantesque.

 

Devant une telle féerie, impossible de se lasser d’admirer les couleurs sans cesse changeantes des cloisons déchiquetées de l’amphithéâtre : quand le soleil se voile, lorsque le ciel noircit, quand la transparence revient,  les « Pink cliffs » offrent un kaléidoscope d’une splendeur sans égale.

 

L’arène, tantôt sous un  feu luisant, tantôt sous une pluie chaude comme le jour de notre arrivée, se métamorphose à chaque variation de lumière…

 

Il faut voir « Bryce » sous la neige nous dit-on ! Nous n’avons pas de mal à croire que ce parc qui culmine à près de 2800 mètres, doit l’hiver, gratifier le spectateur d’un panorama grandiose…

 

Nous passerons la nuit au camping de « Bryce Canyon », une nuit fraiche mais confortable grâce à nos duvets de montagne.

 

Tôt le matin, à cinq heures, le show débute… Encapuchonnés dans nos polaires, nous  assistons sur le promontoire de « Sunrise point » à l’incendie attendu…Une fois de plus, on en prend plein les yeux !



01/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi