Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Egypte 17, Saqqarah, la pyramide d'avant les pyramides...

Egypte 17, Saqqarah, la pyramide d’avant les pyramides…

 

 

 

« Notre époque a réussi à infliger aux pyramides une ambiance de fête foraine. Et, là-bas, personne ne se doute de l'énormité du sacrilège quotidien. »

 

 

« L'énigme du grand sphinx »  de Georges Barbarin .

 

 

 

 

Un coup d’essai mais pas encore un coup de maître ...ça viendra !

 

 

 Plantée dans les sables à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire, Saqqarah est une vaste nécropole  qui longtemps abrita les  tombeaux des rois et dignitaires de Memphis, ancienne capitale de la basse Egypte.

 

 

L’édifice le plus connu de Saqqarah est sans nul doute la pyramide à degrés du roi Djoser : il s'agit du plus ancien complexe en pierre construit au monde.

 

 

 

 

 

 

Durant une vingtaine d’années (2628- 2609 avant J.C.), architectes et ouvriers s’acharnent à inventer une structure funéraire qui monte haut dans le ciel… Plus près du soleil, plus près des étoiles, plus près des Dieux !

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’idée d’empiler des tombes rectangulaires (mastabas) de taille décroissante pour garantir un équilibre, permettra d’approcher la forme pyramidale…

 

On n’est pas encore dans la perfection, c’est un premier jet, un brouillon qui servira de prototype aux futures pyramides de Guizeh.

 

 

La pyramide « à degrés » de Saqqarah  sera le début d’une aventure captivante qui cache encore bien des secrets !

 

Cette matrice lancera les bases pour ériger les pyramides à faces lisses qui fascinent le monde !

 

 

 

 

à l’origine de ce défi architectural, un homme hors du commun, un surdoué qui excelle dans de nombreux domaines : Imhotep, le génie !

 

 

 

 

 

 

Imhotep maîtrise les mathématiques, le calcul des masses,  l’astrologie, élabore une carte de la voute céleste, enseigne l’art de tailler la pierre…

 

 

Les compétences du Grand Maître ne s’arrêtent pas là : il domine les techniques de momification, il sait utiliser les plantes et guérir, c’est aussi un médecin…et écrivain :

 

Hippocrate aurait-il sérieusement pompé les notes du « fils de Ptha » comme l’affirment certains égyptologues au point de considérer Imhotep comme le véritable père de la médecine ?

 

 

 

Un génie a donc vu le jour sur les bords du Nil ;

 

 

 Rarement souligné, Imhotep a la peau noire…Vient-t-il de Nubie ?

 

 

 La mémoire collective l’imagine souvent « blanc »…Comme le « génie blanc » qui met tout en lumière sur son passage !

 

 

 

 

 

 

 

Saqqarah, sa pyramide en escalier et Imhotep ne font qu’un ; l’emprunte du bâtisseur est inséparable de l’évocation   de la nécropole.

 

 

 

4500 ans plus tard, diplôme d’architecte en poche et contrat de plusieurs mois avec le service des antiquités, un jeune Français débarque sur le sable brûlant de Saqqarah.

 

 

 

 

Tout commence en 1926  quand Jean-Philippe Lauer « découvre » une pyramide quasiment ensevelie sous les sables : Il y a des engagements qui interrogent, des passions qui fascinent…

 

 

À partir de ce moment-là, Lauer consacrera sa vie  au site de Saqqarah !

 

 

C’est un immense travail qui débute, les égyptologues savent peu de choses sur Imhotep.

 

 

 

 

Une vie entière consacrée à sortir de l’oubli le complexe funéraire, soixante-dix ans  de recherches pour révéler au monde le génie d’Imhotep, un boulot « pharaonique » pour rendre visible la noblesse de ce site, une passion sans égal pour Saqqarah et ses dizaines de tombes et temples enfouies dans le sable :

 

 

Parmi les incontournables du complexe de Saqqarah:  Téti, mastaba de Kagemni, mastaba de Ti...

 

 

 

 

 

 

Nombreuses  galeries et chambres funéraires finement ornées de bas-reliefs polychromes  dans un très bon état de conservation...

 

 

 

 

 

Une originalité: 

 

Le Serapeum, long souterrain d'une centaine de mètres, style abri antiatomique, qui logeait les momies...des taureaux sacrés Apis, dans d'énormes sarcophages de granite pouvant peser jusqu'à 60 tonnes!

 

 

 

 

 

à 95 ans Jean-Philippe Lauer arpentait encore le désert qui enveloppe le site.

 

 

 

 

 

 

Le musée d’Imhotep, initié et voulu par le brillant archéologue Français ouvrira ses portes en 2006, cinq ans après sa disparition.

 

Une salle lui est consacrée, où a été reconstitué son bureau, sa bibliothèque.

(Photos non autorisées dans le musée)

 

 

Les fouilles continuent.

 

 

 

 

 

 

Le visiteur remarquera l’impressionnant échafaudage de bois qui entoure une partie des façades de la pyramide de Djoser :

 

 

Le plus vieil édifice jamais construit en Égypte menace de s'écrouler. Selon un collectif de préservation du monument, l'entreprise Shurbagy engagée par le gouvernement en serait la principale responsable.

 

 

 

 

 

Extrait d’article du journal Egypt Independent :

 

 

 

«  Les lois de préservation veulent que toute nouvelle construction ne représente que 5% de l'espace occupé par l'ancienne.

 

 

 

Or, la société a entrepris l'édifice de nouvelles structures.

 

 

Le collectif Non Stop Robberies cherche toujours à comprendre les raisons pour lesquelles le ministre Mamdouh al-Damaty a choisi cette entreprise.

 

 

La société Shurbagy n'a pourtant jamais travaillé sur un projet de restauration. Le porte-parole de l'association, Amir Gamal, redoute l'écroulement pur et simple de la pyramide et parle de «véritable crime ».

 

 

 

Vieille de plus de 4600 ans, Saqqarah avait souffert lors du tremblement de terre de 1992.

 

Des tonnes de pierre s'étaient écroulées et l'édifice avait risqué la catastrophe.

 

Le gouvernement avait alors entrepris des travaux mais était vite venu à court de financement.

 

Un des avocats en charge du dossier affirme que Shurbagy est déjà responsable de l'écroulement d'une des structures de la pyramide. »

 

 

 

Dramatique constat, la polémique est en cours, le gouvernement s’en défend !

 

 

 

Un seul slogan pour l’Egypte et les égyptiens, c'est le dromadaire qui le réclame: 

 

 

« Imhotep reviens ! Reviens vite ! »

 

 

 

 

 

Conseils aux voyageurs :

 

 

Contrairement au site du plateau de Guizeh et ses grandes Pyramides, il n’est pas aisé de se rendre à Saqqarah en transport en commun.

 

 

Préférer la location à la journée d’un  taxi ( 350 livres, 15 Euros) pour gagner Saqqarah et qui vous évitera aussi de fastidieux trajets à pied sur le site même pour vous rendre  d'un mastaba à un autre.

 

 

 

Le taxi vous permettra également de faire un saut sur le site de Dahchour : vous apercevrez la pyramide rhomboïdale (fermée)...

 

 

 

 

 

 

 

...et vous pourrez tenter l’expérience de descendre dans la pyramide rouge, culminant à 99 mètres, troisième pyramide d’’Egypte par sa taille.

 

 

 

 

 

 

La descente s’effectue dans un étroit goulet, il faut bien se plier et au retour si vous avez des douleurs aux cuisses c’est normal !

 

 

 

 

 

 Comme de bons élèves, nous avons écouté les conseils pertinents :

On nous a dit, « Si vous voulez comprendre les pyramides il faut d’abord aller voir Saqqarah !»

 

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui ont un temps limité dans la capitale, foncez évidemment en lieu et place de Saqqarah sur le plateau de Guizeh, un incontournable de l’Egypte…

 

 

Si vous bénéficiez de quelques jours dans la capitale, ne loupez pas Saqqarah !...

 

 

Très peu de monde sur le site.

 

 

Demain, nous irons  voir les « trois grandes » et le sphinx !

 

 

 



27/03/2018
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi