Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Ethiopie 1, Cinq ans plus tard...

Le Ranquet en vadrouille : Saison 4.

 

 

Cinq ans plus tard...

 

En septembre 2012 j’ouvrais ce blog en ignorant tout de son avenir incertain et de ses chances de durer dans le temps.

 

Mais, finalement, au fur et à mesure de nos  voyages, au gré  de nos rencontres, Il allait faire sa route, se nourrir de nos impressions du quotidien,  entretenir avec nos proches un fil d’Ariane et aussi susciter quelques curiosités chez des anonymes.

 

Lien durable pour certains, relations passagères pour d’autres.

 

« Le Ranquet en vadrouille » propose maintenant près de trois cents « articles » qui accompagnent  nos vagabondages, nos surprises et étonnements, parfois nos déceptions…

 

Une belle aventure qui a la modeste ambition de partager ces tranches de vie, ces moments de hasard, ces imprévus qui jalonnent un itinéraire laissé suffisamment libre pour satisfaire l’inattendu…

 

 Dans ce monde, qui parfois semble avoir perdu la tête ; dans ce monde  où la vitesse d’internet nous fait surfer sur la planète en quelques clics, on peut encore prendre son temps et toujours  s’émerveiller d’un paysage grandiose, répondre à un sourire chaleureux, savourer ces  précieuses occasions qui nous font croiser des compagnons de route jusqu’alors inconnus.

 

Rêver en somme !

 

Le voyage c’est peut-être un peu ça !...Un cadeau, une surprise…

 


 

 

Dans un des tout premiers articles du  blog(*) en septembre 2012, j’écrivais ceci :

 

« Qui ne se souvient pas du planisphère affiché au mur de sa classe de l'école primaire ?...

 

 

Partir en vadrouille, c'est peut-être laisser derrière soi une partie de ses certitudes et sûrement aller vers de nouvelles découvertes...

 

 

Avoir la chance de "marcher" sur les cartes des Atlas de son enfance...

 

 

Porteurs d'une étrange musique, qui n'a pas rêvé à l'évocation de ces noms exotiques comme Addis- Abeba, Valparaiso, Oulan-Bator, Tamanrasset ou Djakarta ? .... »

 

 

 

Cinq ans plus tard, c’est un retour dans une Afrique millénaire ...

 

Une Afrique qui mêle chrétiens et musulmans, pharaons noirs et profils égyptiens, Nil Bleu, Nil Blanc et Mer Rouge…

 

Une contrée du " continent Noir " qui, dit-on, sous des latitudes tropicales, serait le berceau de l'humanité...

 

 

Une nouvelle vadrouille qui démarre au cœur de la corne de l'Afrique...

 

Destination la «Nouvelle fleur»: Addis-Abeba.

 

Nous arriverons sur le tarmac de l’aéroport de la capitale éthiopienne, ce n’est paraît-il pas la meilleure option pour prendre contact avec l’Éthiopie…

 

Il s’agirait même d’un malentendu comme le souligne Jean Claude Guillebeau dans son roman/essai « La porte des larmes –Retour vers l’Abyssinie » :

 

 

 

 

 

 

« Qu’on l’aborde (l’Éthiopie) par les pistes du Soudan, par la corniche abrupte quittant Massaoua ou par les basses terres du Kenya, la symbolique même de l’Abyssinie demeure incompréhensible si l’on n’éprouve pas dans son corps, dans ses reins, cette fondamentale inaccessibilité.

 

 

Toute l’histoire éthiopienne et jusqu’à l’identité de ce pays demeurent liées à cette idée de « lointain » ou de « hauteur » qu’on ne saurait atteindre sans efforts.

 

 

 

L’avion pour Addis, dans cette affaire, est source de malentendu. C’est par la terre qu’il faut monter péniblement vers l’ancien royaume du prêtre Jean. »

 

Et bien tant pis pour nous ! …Nous sommes prévenus.

 

 À nous de dissiper ce malentendu qui ouvre la saison 4 :

 

Une flânerie paresseuse orientée Sud/Nord qui  doit nous mener de l’ancienne Abyssinie au Soudan, puis l’Égypte...

 

Un fil conducteur, le Nil...

 

 

Et pour l’instant, bienvenu en Éthiopie !

 

 

 

 

 

 (*) Première saison, une année sur la route, itinéraire prévu : la genèse d’un projet.



31/10/2017
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi