Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

South Africa 6, ...des autruches et des tortues...

South Africa 6,

 

Des autruches et des tortues…

 

C’est un billet jaune ocre que je devine tendu au bout du bras…un billet de vingt Rand équivalent à deux Euros.

Tous les nouveaux billets de la South African Reserve Bank ont une face à l’effigie de Nelson Mandela. En transparence le filigramme représente également l’icône du combattant. 

 

Elle s’est posée sur le bord de la route comme de nombreux noirs qui n’ont pas les moyens de se payer le bus. Vingt Rand agités de la main au passage des voitures, c’est assurément une longue distance en perspective ; habituellement c’est cinq ou dix Rand…

 

Nous lui demandons où elle va…Un peu surprise de notre arrêt, mais comprenant que nous ne sommes pas du coin, elle replie son billet en nous disant : «Roberston »…C’est sur la route qui nous amène à Oudtshoorn, le pays des autruches.

 

Nous n’avions pas vu les paquets discrètement posés derrière les barrières de sécurité de la 317…Nous lui disons que nous avons peu de place dans la petite Chevrolet, le coffre est plein, ça va être trop juste!

Regina a déjà installé les plus gros sacs à l’arrière, tout va bien dit-elle!… Elle recompose notre installation ; nous voila de retour en Afrique  avec les sacs qui s’entassent jusqu’au plafond…il n’y a plus qu’à rouler!

 

Regina a une trentaine d’année, elle est souriante et discrète, bien vêtue…Elle sait situer la France, elle  a beaucoup prié pour que son voyage se passe bien, elle remercie le Bon Dieu de nous avoir placé sur sa route!

 

Deux cents kilomètres plus tard nous avons eu le temps de faire connaissance…

 

Elle nous demande de la déposer sur un rond point à l’entrée de Robertson…Sous le bleu métallique du ciel, quelques  tôles ondulées neuves éclaboussent de lumière la rouille des  cabanes qui s’entassent le long de la nationale.

Régina habite là haut, dans le township…

Elle est d’accord, ce dimanche le Bon Dieu est généreux : on la pousse jusqu’à sa cabane;

 

La Chevrolet se fait chahuter sur la route de pierres qui mène au terrain poussiéreux brûlant de chaleur. Des gamins pieds nus tapent dans une balle faite de chiffons. Nous nous garons dans la pente et déchargeons les paquets de Régina, elle embrasse Marie en répétant des « God bless you!»…

C’est notre premier contact avec le township…

La réalité des millions d’Africains de la «  Nation Arc en Ciel » qui l’hiver endurent le froid et le vent, et l’été, la suffocante chaleur des tôles.

 

Elle nous sourit Régina, elle agite sa main pour nous saluer, c’est un bon moment pour cette jeune femme.

 

C’est le « little Karoo » qui nous reçoit, une région de belles montagnes où les autruches tendent leur long cou dans le bush. De profondes vallées entourent Oudtshoorn qui ronronne à l’ombre de la chaine du Swartberg…

Le Swartberg a une spécialité, il est percé de défilés dont le fameux Swartberg Pass, un col taillé dans la roche par des bagnards. Dans ce décor dramatique, aucune cicatrice n’est laissée par des bulldozers ; le panorama est taillé à la pioche sur des versants torturés dans des étroites trouées : la route est absolument magnifique!

 

Le Swartberg pass qui culmine à 1600 mètres serait parait il le plus beau col de l’Afrique du Sud…on veut bien le croire!

 

La deuxième spécialité de la région c’est l’autruche ! Un bel oiseau, de belles plumes et une vitesse de pointe remarquable !

Pour nous, l’autruche a été une véritable découverte…Dans l’assiette! Nous n’en avions jamais mangé!

Un compatriote rencontré dans le bacpaker où nous logions, nous a assuré que le divin filet de la bête, qui doit se déguster saignant comme une belle pièce de bœuf,  n’a rien à voir avec ce que l’on trouve en France…

Cela dit, ce que nous avons dégusté sur le grill méritait en accompagnement un vin élégant, racé et subtil…c’est véritablement délicieux!

La région sait bien entendu exploiter le stupide animal sous toutes ses formes ; ainsi les fermes d’élevage se visitent et on assiste  aux courses d’autruches montées, un côté rodéo américain qui s’empare un moment des fermes du « little Karoo »….

 

Une autre particularité de la région autour d’Oudtshoorn, c’est la traversée de tortues sur la route…bizarrement, nous n’avons pas vu de victimes, alors que nous les découvrons sur le ruban bleu souvent au dernier moment!

 

Le « little Karoo » sent bon la province, les restaurants de campagne sont généreux, trop parfois…Nous avons déjeuné à l’ombre des acacias dans un jardin « Anglais » de la petite bourgade de Prince Albert : nous avons senti une communauté vivant en harmonie, blancs et noirs souriant ensemble…à table le pain maison était bis…complet en somme!

 

Dehors, les tortues attentives au manège des voitures, semblaient patienter sur le goudron  fondu de la route.

Les tortues du Karoo ne sont ni noires ni blanches…un peu métisses.

 



12/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi