Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Pérou 11, Retour chez les Incas, dans le nombril du monde...

Pérou 11,  Retour  chez les incas, dans le nombril du monde…

 

 

L’Inca Manco  Càpac, fils du soleil selon la légende,  aurait au 12ème siècle reçu de son père un sceptre d’or lui permettant de dénicher une terre fertile où il pourrait aisément   le planter (pas son père, le sceptre !) et désigner ainsi le « nombril du monde » !...

 

 

 

 

 

 

La ville de Cuzco allait naître et devenir  la capitale du plus grand empire d’Amérique latine. Le nombril du monde en somme !

 

 

De retour  à la Paz, nous réservons dans la foulée  nos billets pour un bus de nuit qui nous conduira le lendemain à Cuzco, au sud-est  du Pérou.

 

Un long trajet de 13 à 15 heures incluant le passage frontière.

 

 

 

Nous optons pour une compagnie réputée « sérieuse » qui incite à l’évasion : « Litoral ».

Ce transporteur  détient  la faveur des guides, nous sommes en confiance et  réglons le prix des billets la veille de notre départ.

 

 L’embarquement est prévu à 16h30 dans l’Alto de La Paz…  

 

 

À l’enregistrement des bagages, au comptoir de « Litoral », on nous explique avec le sourire,  que notre acheminement a été sous-traité…En clair revendu !

 

« No se preocupa…todo va bien ! » nous déclare la vendeuse au guichet !

 

 

Nous allons voyager avec « Trans Salvador »,  service identique nous assure-t-on !

 

Le bus à l’évidence est pourri, le deuxième train de pneus parfaitement lisse, le  siège conducteur défoncé…

 

  La marche arrière totalement récalcitrante…Il faudra une bonne demi-heure et de multiples tentatives pour  faire reculer la vieille carcasse sur le parking de la gare routière !

 

 

Nous quitterons finalement La Paz à la nuit tombante, le vieux bus souffreteux peinant terriblement dans  les redoutables bosses  des Andes…

 

L’arrivée en pente douce sur les bords du Titicaca lui accordera un répit et aux voyageurs fatalistes  aussi !

 

Le passage  frontière est rocambolesque : panne d’électricité à Desaguadero , le  poste d’immigration côté Bolivien…

 

 

Quelques bougies assurent une lumière blafarde et évidemment l’informatique  a rendu l’âme.

 

Chaque voyageur doit franchir le pont qui mène chez le voisin Péruvien pour aller faire une photocopie de la page d’identification du passeport , puis revenir côté Bolivien se faire apposer le tampon de sortie du territoire…Côté Pérou, c’est lumineux, tout marche !

 

 

Nous avons, par précaution, toujours plusieurs photocopies de nos passeports…Autant dire que ce soir-là,  cette prudence nous a permis de casser la croute tranquillement, de retrouver la généreuse bière Cusqueña,  pendant que nos compagnons de route se bousculaient autour de la photocopieuse !

 

 

Nous arriverons dans la bonne ville de Cuzco vers 7 heures  du matin et découvrirons parmi les bagages en soute, le second chauffeur, profil Inca, qui achevait sa nuit  sous d’épaisses couvrantes !

 

 

Difficiles conditions de boulot des chauffeurs Boliviens.

 

 

« Cuzco, la ville des souverains de de pays, est si grande et si belle qu’elle serait digne de s’élever en Espagne ! Elle est pleine de palais et les pauvres y sont inconnus ! » Pedro Sanchez de la Hoz (1533)

 

 

 

 

Durant l’époque Inca, la cité était resplendissante, affirmant la toute puissance d’un empire dominant architecture et techniques de bâtisseurs hors du commun : palais splendides, murs aux blocs de granit taillés et parfaitement emboités, grandes esplanades...

Volonté d’atteindre  la «  ville idéale ».

 

 

Les Espagnols rasèrent  une partie des monuments Incas pour y installer leurs églises et nouveaux palais…Ils conservèrent la structure de Cuzco, donnant à la ville son allure hispanisante  alliant le style arabo-andalou et inca, et  qui en fait aujourd’hui une des plus belles villes d’Amérique latine.

 

 

 

 

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, Cuzco attire les touristes de plus en plus nombreux.

 

La ville est réputée « chère », la proximité des sites Incas la rende incontournable…Les agences sont légions, les magasins d’artisanat se bousculent, de nombreux  restaurants proposent une gastronomie d’un très bon niveau !

 

 

 

La ville Andine, 7ème  du pays par sa population mais toute première pour le tourisme, développant une mutation jugée trop  rapide pour certains, y perdrait de son âme indienne au profit des banques et hôtels de luxe…

 

Rançon du  succès et regrets des spécialistes de la culture Inca !

 

Cuzco sait  séduire, la population n’apparait pas fatiguée par les touristes, l’accueil y est chaleureux…

 

 

La ville offre de quoi passer un bon moment avant de découvrir  les fabuleux  vestiges Incas.

 

 

A quelques jours du premier tour des élections au Pérou, nous avons assisté à une imposante manifestation anti « Keiko Fujimori »…

 

Keiko Fujimori, fille d’Alberto, (ex président,  actuellement sous les verrous pour  25 ans) , est arrivée en tête du premier tour.

 

Second tour en Juin.

 

 La contestation était alimentée par des slogans rappelant le « programme » de stérilisation forcée des femmes Quechuas  lors de la Présidence de Fujimori père…En cas de victoire de la fille, il n’est pas exclu que celle-ci propose une grâce pour libérer le père.

 

 

 

 

Demain nous partirons pour quelques jours dans la « vallée sacrée », sur les chemins des Incas.

 

 

 

 



18/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi