Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

NZ 19, Retour sur l'ile du Nord, ...Wellington la capitale

NZ 19,

Retour sur l’ile du Nord,...Wellington la capitale.

 

Une petite « tournée » de phoques pour la route, ça vous dirait ?

Avant de quitter l’ile du Sud, vous en reprendrez bien un morceau!

 

À quelques kilomètres de Kaikoura, c’est un peu comme cela qu’on nous a venté la cascade d’Ohau.

Les phoques sont présents un peu partout en Nouvelle Zélande, mais à Ohau c’est différent :

 

Alimentée par une abondante chute d’eau qui grossit une courte rivière dégringolant dans le Pacifique, une cuvette naturelle est devenue le terrain de jeux privilégié de bébés et  jeunes phoques qui habilement pataugent dans cette piscine.

 

Le spectacle, comme toujours avec les phoques, est fascinant : véritable numéro de cirque, on ne s’en lasse pas! Un régal éclaboussant!

Loin de la barbarie de certains pays, la Nouvelle Zélande protège légitimement ses colonies de phoques.

 

Plus tôt dans la matinée, sur la route qui mène à Picton, au creux d’une vallée presque perdue, nous ferons l’arrêt dans l’ancienne gare de Domett, convertie en café restaurant.

Le patron, cuisinier et amoureux du chemin de fer de la vieille époque, a conservé et exposé les attributs ferroviaires qui dans cette « station », donnent  l’impression d’attendre un improbable train en sirotant un café…

 

En quittant l’ile du Sud, nous ne pouvions pas doucement vagabonder le magnifique vignoble de Malborough sans faire la halte dans l’un des plus prestigieux domaines de Nouvelle Zélande : « Cloudy bay » ; Ici la vigne donne naissance à de superbes « sauvignon » et de très élégants « pinot noir ».

 

Dégustation en règle dans ce domaine qui est tombé dans l’escarcelle de LVMH… Si l’on peut regretter que les Kiwis ne pilotent plus ce vignoble, on ne peut guère soupçonner « le leader mondial du savoir faire et de la qualité » de se tromper de cible en prenant possession de ce domaine.

Nous repartirons avec un flacon de Pinot Noir 2004 que nous apprécierons plus tard à Wellington (un très beau vin!)

 

Protégé au cœur des fjords, à l’extrémité d’une profonde baie verdoyante, c’est dans le port du gros bourg de Picton que s’achèvera notre séjour dans l’ile du Sud.

Sentiment étrange lorsqu’on chemine vers l’embarcadère,… Comme si déjà une nostalgie des bons moments se faisait sentir … C’est avec regret que nous nous séparons de cette ile magique qui donne tant à ses visiteurs!

 

Le « Bluebridge » appareillera dans peu de temps ; il faudra à cet imposant ferry une bonne heure pour tranquillement glisser dans les méandres du « Queen Charlotte Sound » qui mène à la pleine mer.

Sous un éclatant ciel azur, appuyés au bastingage, les touristes se protégeant d’un vent vif qui balaye le pont supérieur du navire, observent en silence, dans un panorama grandiose, l’ile du sud s’éloigner, diminuer puis disparaitre.

Près de moi, un jeune Breton de Carhaix me dit « …ça caille trop fort tout de suite au Sud, on s’arrache…on part en Californie...mais ici on a trop kiffé !…c’est balaise ! »

 

Deux heures plus tard, après avoir franchi le détroit de Cook, le navire s’abritera dans la rade de Wellington au Sud de l’ile du Nord.

 

Wellington, deuxième ville de Nouvelle Zélande, serait dit-on la capitale la plus « cool » du monde…Nichée dans un cordon de vertes collines, la paisible cité n’a rien d’une bourdonnante mégapole…Bien au contraire, elle a tout le caractère d’une ville provinciale, qu’Auckland sa rivale du Nord, n’hésite pas à moquer son côté « assoupi » et contestant ainsi son rôle « Capital »…

 

Comment pourrait-il en être autrement, quand même le Premier Ministre y va de son commentaire douteux sur la ville qui abrite le Parlement du pays?

 

« Capital a dying city says prime minister » : maladresse politique ou volonté d’enfoncer le clou?

 

Le « Dominion post » en fait une manchette à la une du journal, illustrant ainsi les difficultés d’une capitale moribonde selon John Key (Capital a dying  city…). La ville  peine à attirer investisseurs et argent frais…Réputée pour la violence de ses vents et ses lourdes pluies, Wellington doit aussi affronter la médisance de certains et le regard « snob » des habitants d’Auckland.

 

Pourtant la ville a du charme, il faut la voir pimpante sous le ciel bleu…Les jours de mauvais temps (ils sont nombreux dit-on à Auckland!) les  galeries et scènes artistiques font de la capitale  le tout premier lieu de la vie culturelle du pays. (Les salles d’expos, ça sert à s’abriter ! raillent en souriant les gens d’Auckland.)

 

En bordure du port étincelant, le Musée National Te Papa livre la plus belle collection existante de la culture Maori. Te Papa fait parti des meilleurs musés interactifs au monde.

 

Dominant la cité, le jardin botanique fait le lien avec le bush présent tout autour de la ville :

Wellington a eu l’idée d’exploiter cette sauvage végétation en créant un sanctuaire pour oiseaux  rares : au cœur de « Zélandia » sont ainsi protégés les rares Kiwis et Takahé, les Kakas et les Tuis…

 

Bars à vins, brasseries, restaurants, magasins de luxe, salles de spectacle, la capitale ne manque pas d’attrait pour ses presque 400 000 citoyens…Mais c’est vrai aussi qu’on y fait vite le tour…Auckland et son million trois cent mille habitants toisent parfois avec arrogance  la ville du Sud!

 

Pour quelques jours nous logeons chez Gérard et Barbara, dans un confortable appartement sur le « water front »…Un bel immeuble, idéalement situé, autrefois destiné à l’administration portuaire qui maintenant offre ses larges volumes à des logements en vue sur le quartier des affaires de la capitale…

 

Demain, nous dit Gérard,  nous irons au marché, il va faire beau, il faut en profiter, la pluie arrive en soirée

 

Sur la table généreuse, des Chardonnay et des Pinots Noir de Hawke Bay sa région d’origine…Sur un plateau, vieux gouda et mimolette rappellent les racines hollandaises de la famille de Gérard. 

 

Des fenêtres de l’appartement, scintillent sur les façades de verre des immeubles modernes, les lumières de la ville; Notre tablée s’anime, elle a le gout des retrouvailles …

 

Il fait bon être au cœur de Wellington ce soir!

 

 

 

 

 



28/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi