Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

NZ 14, le "Kepler track"

NZ 14,

 

Le « Kepler Track »

 

Les rares routes qui mènent aux « Sounds » naissent et meurent à Te Aneau.

La petite ville du Fiordland émiette un chapelet de motels, auberges et résidences autour de son lac qui veine un paysage lacustre souvent prisonnier des brumes. 

 

Avec près de 350 km2 de surface, le lac de Te Aneau occupe la première place des lacs de l’ile sud.

 

Ils sont à peine 2000 habitants installés à demeure dans cette poche du sud du lac, à l’écart du reste du monde…

 

Ici passent les randonneurs qui chargent leurs sacs de victuailles avant les belles échappées de plusieurs jours dans le « Parc National du Fiordland ».

 

De leurs escapades en montagne, ils reviendront heureux du soleil rencontré ou déçus de ces interminables pluies qui pourrissent les meilleures intentions d’aventure.

 

Te Aneau est le point de départ de nombreux trecks, il y en a pour tous les gouts et pour toutes les bourses…Avec guide ou sans.

 

Le randonneur peut partir à la journée ou expérimenter les « huts » aménagées pour passer la nuit.

 

En ce mois d’Avril finissant, le temps est incertain sur les fjords ; Avisé d’une météo mitigée, nous optons pour un trek renommé, une boucle de 60km qui s’effectue en trois ou quatre jours : le « Kepler track ».

 

Le « Kepler » fait partie de ces « Great walks » pour les quelles il est obligatoire de passer par le centre de réservation du DOC pour retenir un couchage dans les « huts ».

 

Deux nuits et trois jours nous semblent le bon compromis pour cette rando, en équilibrant bien les étapes et ainsi en réduisant les frais de nuitées (54 NZ$ par nuit et par personne)

 

La bonne fortune nous a accompagnés : l’humidité des forêts ne nous a pas contrariés, le vent cinglant qui surgit sur la ligne de limite du bush a chassé les derniers nuages cramponnés aux alpages et le soleil sur les crêtes a magnifié les monts du Kepler…

 

Au matin, un fin voile de neige s’est déposé sur les versants nordés.

 

Superbe spectacle.

 

Les refuges sont rustiques, seule la salle commune est chauffée au bois permettant le séchage des vêtements.

Les « bunks » restent confortables, mais un très bon duvet est nécessaire  à cette période de l’année car les nuits sont froides.

 

Le « Kepler » alterne forêts, rivières, zones humides, bush et montagnes…Lorsque la météo coopère comme ce fut le cas pour nous, la rando est un vrai régal !

 

Quand le mauvais temps s’en mêle, le trek peut rapidement tourner à l’épreuve de force…

 

Au-dessus des fjords c’est souvent un pari !...Pour nous ce fut gagnant !

 



01/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi