Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Malaisie 2, Au coeur de "la perle de l'Orient", les "Chinois" de Penang

Malaisie 2,

 

 

Au cœur de « la perle de l’Orient », les « Chinois » de Penang…

 

 

Penang est un Etat de Malaisie constitué d’une partie continentale au nord ouest du pays et d’une île : Penang Island.

 

Deux ponts estompent le caractère insulaire de l’île; le dernier construit en 1985, long de 13,5 Km, conçu par des ingénieurs Malais, est devenu une fierté Nationale.

 Cet ouvrage d’art moderne  supporte 70 000 personnes qui l’empruntent chaque jour…Déjà le gouvernement Malais envisage la création d’un nouveau franchissement de la mer d’Andaman pour absorber le flux incessant de véhicules qui congestionne la capitale de l’île : Georgetown.

 

L’histoire de l’île et de la ville est intimement liée à la Colonie Anglaise des Indes Orientales.

En créant au 19ème siècle cet important comptoir commercial, les Britanniques dédièrent la ville à leur roi de l’époque George III.

 

Idéalement située sur la route de l’extrême Orient, le port de Georgetown se développa rapidement jusqu’à la montée en puissance de Singapour…Les colons Anglais, infidèles et intéressés, délaissèrent la vieille dame Malaise pour installer les terrains de cricket et poser les gazons verts des champs de polo à Singapour.

 

Georgetown et son île s’assoupirent de longues années jusqu’à ce que la communauté Chinoise décida  d’en faire un pôle de fabrication de composants informatiques.

 

Dans les années 80 le tourisme a réveillé Penang, L’UNESCO s’est intéressée à la vielle ville coloniale qui compte de nombreuses belles bâtisses et d’importants temples bouddhistes et Hindous : la « old town » a été légitimement classée Patrimoine Mondial  en 2008.

 

On ne le saisit pas tout de suite… on ne le comprend qu’après un certain temps, quand peu à peu l’île et la ville de Georgetown se livrent par parcelles au visiteur : les « Chinois » sont  chez eux !...Penang est le seul Etat Malais sans majorité malaise.

Plusieurs vagues d’immigrations ont fait de l’île une enclave « Chinoise », les Chinois sont majoritaires et contrôlent l’économie locale.

 

Le dynamisme de l’île a mis à mal la préservation du patrimoine colonial et culturel. De récents programmes de réhabilitation des quartiers historiques sont en cours, mais l’urbanisation anarchique des années 80 a fait souffrir la vielle ville et ses demeures coloniales…

 

Plus qu’une visite touristique, Georgetown mérite qu’on s’y attarde…

 

Se perdre dans les ruelles de Little India aux senteurs épicées, patienter autour d’un lassi à la noix de coco, s’imprégner de la magie des temples Chinois, trouver la fraicheur des vastes mosquées  ou assécher une pinte de bière « Tiger » chez les Chinois, font que cette ville libère son charme à petite dose dans une atmosphère singulière : Georgetown est une séductrice qui ensorcelle!

 

Le cœur historique de la  ville diffuse une ambiance contagieuse de bien être…Du quartier Chinois aux baraques de bois sur pilotis qui bordent les « jetty » s’avançant dans la mer, tout est prétexte à la promenade nonchalante dans « la perle de l’Orient ».

 

Dans la vieille ville, Régis Wargnier tournera des scènes du film « Indochine » (Catherine Deneuve, Vincent Pèrez), plus tard le Koo Kongsi, magnifique temple chinois du clan Koo, abritera Jodie Foster dans « Anna et Le roi ».

 

Des porches des anciennes demeures aux enduits écaillés par le temps, sortent parfois de vieux messieurs qui ont conservé la peau blanche de leurs origines.

Ils sont Anglais, Américains ou d’ailleurs…ils ont décidé de décatir sous le ciel bleu de Georgetown…Ils ne prêtent guère attention aux fresques murales qui habillent les vieux murs de leur quartier. D’un pas lent ils vont à leurs habitudes quotidiennes chercher le curry chez l’Indien ou le bouillon de poisson aigre chez le Chinois.

 

Ceux là aiment l’Asie ; ils sont acclimatés à la chaleur moite qui éreinte la ville, ils parlent Malais… Peut être se souviennent-ils encore un peu de la vieille Europe ou du pays de l’Oncle Sam qui les a vus naître.

Ils sont devenus "Malais". Ils sont de Penang. De Georgetown.

 

Etrangement, la ville ne donne pas l’impression d’être posée sur une île…

Il ya bien le long des quais les gros ferrys qui reposent leurs carcasses le temps d’une escale, mais l’urbanisation a dévoré le littoral sacrifiant les plages au bénéfice des promoteurs.

Les eaux bleues des piscines des grands hôtels ont remplacé le sable chaud du rivage.

 

On ne débarque pas à Penang Island pour ses plages,… On vient ici pour Georgetown, sa cuisine, son ambiance, ses marchés colorés, ses temples, sa vie nocturne...

 

Une ville riche de son passé où on ne voit pas le temps passer.

 



01/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi