Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

En résumé: une année sur la route.

En résumé : une année sur la route…

 

On le dit souvent, partir vadrouiller n’est guère compliqué, c’est la décision de « partir » qui est plus difficile à mettre en œuvre!

 

Puis vient le moment où la contrainte du temps peut être écartée! Se dire que désormais on peut s'affranchir du calendrier. Un grand luxe sans aucun doute.

 

Décamper et s’embarquer pour ce qu’on espère être une aventure signifient parfois cheminer sur un fil en équilibre et quitter la rassurante impression de sécurité de son environnement habituel.

 

Partir en vadrouille, c'est peut être abandonner derrière soi une partie de ses certitudes et certainement aller vers de nouvelles découvertes...C’est aussi avoir la chance de « fouler » l’atlas de son enfance, ce grand livre découvert à l’école primaire qui renferme un monde secret et fascinant.

Le moteur, c'est la motivation… Aller voir le monde…

 

Ou du moins, porter un regard sur un bout de la planète, donner de la veine au hasard, s'attarder là où nous ne le pensions pas, patienter au bord de la route pour un bus qui ne vient pas, être quelque part parmi les 7 milliards d'êtres humains, regarder, observer...Ne pas conclure trop vite et laisser une place au questionnement.

 

En septembre 2012, nous posâmes nos sacs en Afrique de l’Est, en Ouganda au bord de l’immense lac Victoria.

Beauté des paysages, richesse de la faune et accueil chaleureux font que l’Ouganda n’usurpe pas son qualificatif de « perle de l’Afrique ».

 

S’en suivit un vagabondage d’un peu plus de trois mois à partir de la région des Grands Lacs jusqu’au Sud de l’Afrique pour finalement rallier le Cap de Bonne Espérance.

 

Nous n’avons pas emprunté la route la plus commode pour rejoindre l’Afrique du Sud ; Ce fût une errance organisée traversant l’impressionnante densité humaine du continent Noir, puis  notre route longea l’Océan Indien, côtoyant des populations métissées  jusqu’à Cape Town.

 

La traversée du Rwanda et du Burundi fût chargée d’émotions ; le voyageur ne sort pas intact des rencontres dans ces régions tourmentées : le Rwanda tente une réconciliation nationale après le terrible génocide de 1994. Vingt ans après l’équilibre reste fragile.

 

Nous gardons en mémoire notre trek de 4 jours sur les splendides collines dominant le lac Kivu et la traversée de l’authentique Rwanda rural. Nous n’oublierons pas, non plus, la visite d’un orphelinat à Ruhengeri et l’accueil du lumineux visage de Séraphine, responsable de ce refuge de jeunes filles, trop tôt privées d’enfance,  souriantes mais esquintées prématurément par les viols et le grand  désordre de la guerre…

 

Le Burundi voisin, c’est une Afrique en panne, des populations misérables, des enfants rieurs dans une souffrance quotidienne…Mais c’est aussi les sources du Nil, le panorama sur les deux plus grands bassins versants d’Afrique, le Congo et le Nil…et Bujumbura : capitale poussiéreuse baignée par les eaux du Tanganyika, théâtre d’une pauvreté endémique, la ville somnole sous un soleil éclatant jetant une lumière crue sur la misère.

 

Un crochet par la Tanzanie et ce sera la descente du lac Tanganyika, le plus long lac d’eau douce au monde, deux jours et deux nuits sur une vieille canonnière Allemande centenaire, transformée en ferry qui parcourt les 600km  menant à la Zambie.

Vaste pays, royaume du football Africain et des grands fauves, savane et bush, immenses chutes d’eau et terrible aridité en saison sèche, la Zambie possède de magnifiques parcs nationaux peu connus.

 

Nous passerons le poste frontière du Malawi sous le portrait de Joyce Banda, Présidente de ce  petit pays pris en tenaille par ses grands voisins…Une femme à la tête d’un pays Africain, situation assez rare pour être mentionnée. Le Malawi étire ses paysages tumultueux le long de son lac éponyme où s’égrènent en chapelet les villages de pêcheurs musulmans. Une grande pauvreté accable ce peuple paysan. Carence éducative, défaillance du système scolaire, poids des traditions et ravage du sida rendent ardu et complexe le challenge de la nouvelle Présidente.

 

L’arrivée au Mozambique par le nord nous ouvrira les portes de l’Océan indien. Nous reprendrons notre souffle un moment dans le petit paradis d’Ilha de Moçambique qui fut le premier point d’encrage des Européens sur la côte Est Africaine.

 

Terres sauvages peu explorées, immenses plages, eaux cristallines et barrières de corail, le Mozambique, ancienne colonie Portugaise, soigne encore les blessures d’une guerre civile qui dévasta tout un peuple.

 

Début décembre, l’Afrique du sud nous offrira les grands espaces de la pointe du continent qui ici, ébrèche la mer en conjuguant les deux océans. En pleine croissance touristique, cette Nation que Mandela aurait voulu « Arc en ciel », peine à marier ses couleurs…

Si officiellement l’apartheid appartient au passé, les cloisons séparent toujours les esprits : comme l’arc en ciel les couleurs ne se mélangent pas !

 

Notre route aura rencontré la gentillesse et la bienveillance, des populations attachantes, des pays captivants !…Jamais nous nous sommes sentis en insécurité! L’Afrique c’est comme le bon café, fort et intense…Nous quittons l’Afrique, l’Afrique ne nous quitte pas !

 

Transition brutale, après 8650km de vol et dix heures et demie plus tard, nous allions toucher terre sur le continent asiate : la région des peaux « claires » parfois cuivrées, le pays des cheveux fins et noirs et les contrées aux regards presque clos qu’une seule paupière suffit à brider des yeux amandes…

 

Il pleut sur l’audacieuse et futuriste Singapour lorsque nous débarquons dans la ville-Etat. Après l’Afrique, c’est un choc visuel de  modernité exubérante que nous réserve cette cité qui concentre une des densités urbaines les plus élevées de la planète.

 

Les fêtes de fin d’année, prétexte à la pause, nous les passerons en Malaisie, pays musulman, où Noël n’a guère de sens. Mais à cette époque festive, les îles de la péninsule savent allumer les lampions pour réserver aux occidentaux les délices des tropiques.

 

Nous partagerons Janvier entre le nord de la Thaïlande et la région reculée du nord Laos frontalière de la Chine. En février nous descendrons le Viêt-Nam du nord au sud en bouclant cette approche de l’ancienne Indochine par le Cambodge. Le Mékong aura été le fil conducteur de notre (trop courte) étape en Asie du sud-est, où flotte encore par endroit un parfum de vieille France.

 

Des plages blanches de Malaisie aux routes poussiéreuses du Royaume du Cambodge, nous avons gouté avec gourmandise les saveurs d’une tranche d’Asie. Loin de la fièvre urbaine qui agite les grandes métropoles comme Bangkok ou Hanoï, dans cette région du globe violentée par l'histoire, de larges espaces de tranquillité s'offrent au voyageur : rizières vertes du delta du Viet Nam, jungle dense du nord Laos, brouillard bleuté des montagnes du triangle d'or, plages dorées baignées par l'océan Indien...De belles rencontres ont ponctué notre tour d’Indochine ; De beaux sourires d’enfants ont accompagné nos journées.

 

Face à des systèmes politiques corrompus, devant une misère pléthorique dans certains endroits, (malheur aux plus faibles  dans ces contrées !),  le touriste peut il encore s’émerveiller benoitement des journées ensoleillées sous ces miraculeux tropiques ?

Comment ne pas s’interroger sur ces gamins mendiant un jour, chapardant le lendemain pour survivre dans un avenir incertain ?

 

Des mers  bleues de Langkawi  Island aux eaux limoneuses du Mékong, nous avons eu la chance de découvrir des paysages souvent splendides, des cultures étonnantes, des gastronomies épatantes, et toujours des  gens merveilleux !

 

Le 1er mars, nous quitterons l’agitation urbaine de Bangkok, l’avion a mis le cap au Sud, nous serons bientôt en Nouvelle Zélande…

 Pas tout à fait l’autre bout du monde mais presque…Plus loin, en bas, c’est l’Antarctique.

Une quinzaine d’heures de transport depuis l’Asie jusqu’à  « Aotearoa », la terre ancestrale du peuple Maori : un brutal changement.

 

De la fournaise de Bangkok au presque provincial aéroport tempéré d’Auckland, un nouveau voyage débute…

 

L’officier de l’immigration qui nous accueille est souriant ; Il a les épaules d’un rugbyman, le teint pâle d’un Irlandais et le nez d’un boxeur.

À l’encre noire, Il tamponne le passeport de la feuille de fougère, symbole du pays, et annonce : « Enjoy New Zealand! »

 

Nous y voila dans ce Nouveau Monde, dans ce pays qui a la plus courte histoire de la planète, un des derniers territoires découverts par les hommes…

 

Très isolé géographiquement, Aotearoa , le pays du long nuage blanc, amorce ses mémoires vers 1050 quand les Maoris débarquent de leurs pirogues Polynésiennes.

Il faudra attendre 1642 et l’explorateur Hollandais Abel Tasman pour voir les premiers Européens longer les côtes Néozélandaises : « de très belles terres » écrira le navigateur dans son journal de bord.

Ces territoires lointains, insulaires, ont le goût du paradis ; Dans ce coin perdu de l’hémisphère Sud, la Nature a légué ce qu’elle a de plus beau : des montagnes qui épousent les vagues de l’océan, de hauts sommets enneigés qui enfantent des glaciers azurés, des cours d’eau alimentant des lacs d’altitude souvent couleur de jade ou bleu améthyste.

 

Des Alpes du Sud Néozélandaises déchiquetées par des fjords envoutants, aux plages de sable d’or de l’île du Nord, la trilogie du « Seigneurs des anneaux » ne pouvait rêver d’un décor plus fascinant!

 

Les Néozélandais adorent faire partager leur magnifique pays, ils aiment la France et les Français et n’ignorent rien du XV de France : une passion commune pour le rugby, qui ici fait office de religion, n’est pas étrangère à l’accueil chaleureux qu’on nous réserve!

 

Champion du monde de l’ovalie, redoutable compétiteur sur le marché mondial du lait, le pays a su gommer l’handicap de l’éloignement : avec des rendements deux fois moins élevés qu’en France mais un coût de production très bas, les 12000 éleveurs de vaches qui ont abandonné les subventions depuis près de 30 ans, produisent un lait* de grande qualité sur d’immenses pâturages. *voir sur le blog l’article : NZ 3, La voie lactée.

 

Et bien sûr, le paysage des deux îles ne serait pas complet sans les flocons blancs des moutons mérinos qui tondent les collines de l’archipel. La production est en baisse, mais on compte encore plus de 40 millions de têtes frisées!

 

4,3 millions d’habitants mais  uniquement un million d’âmes sur l’ile du sud, autant dire que le pays offre de gigantesques espaces sauvages.

De beaux vignobles capturent des mamelons ondulant jusqu’à l’océan, ils produiront de respectables sauvignons et d’excellent pinots.

C’est dans ce décor d’exception que nous avons durant près de trois mois découvert les antipodes : forêts tropicales humides, longues plages de sable blanc dentelées par les eaux du Pacifique, treks de plusieurs jours sur la cordillère volcanique, passionnantes randonnés à travers des paysages dantesques, là où les entrailles bouillonnantes de la terre laissent échapper les fumées blanches et l’odeur du souffre…

 

L’univers de la Nouvelle Zélande offre une prodigieuse palette d’invraisemblables paysages changeants; C’est un pays d’une silencieuse beauté où parfois la terre rugit, tremble et endeuille ce lointain archipel de l’autre côté du globe!

 

A la fin mai, s’installe lentement l’hiver…Nous quitterons les « kiwis » et les frimas annoncés avec des images plein la tête.

 

Ce sera le moment d’une agréable et reposante parenthèse polynésienne dans les douces îles du Pacifique. Quinze jours sous les tropiques, cernées de fragiles récifs coralliens, nous nous poserons à Rarotonga dans les mers du sud à un peu plus de 1000km de Tahiti. Moins connues que les Fidji, et donc moins visitées,  les iles Cook offrent de fabuleux lagons et d’idylliques plongées dans un aquarium géant.

Lait de coco, poissons grillés, plages jonchées de pétales de fleurs d’hibiscus, couchers de soleil flamboyants, les iles Cook ont tout des cartes postales de l’échappée belle… Le dimanche, on s’habille de blanc pour assister à la messe et écouter les chants Maori ; À l’issue de l’office un copieux buffet est offert : les curés savent recevoir sous les palmiers!  

 

Si on y ajoute l’accueil d’une population chaleureuse, Rarotonga est une destination savoureuse où l’empreinte du tourisme de masse, faute d’infrastructures suffisantes, n’a pas encore tout gâché.

 

Ce fut pour nous un épisode suspendu, un temps calme où rien ne se passe, comme une illusion à l’écart d’un monde en mouvement.

 

Il nous faudra nous séparer de la nonchalance de ces tropiques indolents pour embarquer sur un vol de nuit nous faisant traverser le Pacifique.

 

Début Juin  nous retrouverons l’hémisphère nord, les pieds sur terre dans la tentaculaire Los Angeles …La ville symbole du rêve américain.

 

Feignant d’ignorer les espoirs déçus, la Californie alimente toujours autant de fantasmes ; Avec 38 millions d’habitants, l’État le plus peuplé des USA aurait pu, un temps, faire bande à part, mais la Californie au bord de la faillite en 2010 a dû revoir ses prétentions à la baisse et nourrir de réelles inquiétudes pour son dynamisme. En 2013, tout va pour le mieux nous dit-on, la Californie aurait retrouvé son rang de 9ème puissance économique mondiale!

 

En ce dimanche après midi de Juin, nous engagerons notre « road trip » dans le grand Ouest Américain. Nous ne nous attarderons guère dans la trop imposante cité des anges et  laisserons derrière nous les collines d’Hollywood, les plages de Santa Monica et Malibu…

 

Déjà le tracé tortueux de la mythique Highway 101, le long du Pacifique, nous accapare. Le soleil tombe dans l’océan, nous parquons la voiture à deux pas de la plage, ce sera notre première halte Californienne : Santa Barbara.

 

L’Ouest Américain fascine le voyageur ; Chargée d’histoires, cette immense région distribue de grandioses paysages.

 

C’est de la pure émotion sur grand écran : en toile de fond technicolor, les images pêle-mêle de la ruée vers l’or, les charriots bâchés des pionniers, les Amérindiens des grandes plaines à bisons, les déserts plantés de cactus, les grands parcs Nationaux, les forêts de séquoias géants, les innombrables canyons et l’unique Golden Gate de la romantique San Francisco…

 

La voiture est nécessaire pour couvrir sans contrainte ces étendues sans limite.

En deux mois nous effectuerons une grande boucle traversant l’Oregon, l’Etat de Washington,  puis en bordure du Canada, la Columbia river accompagnera notre route vers l’Idaho et le bucolique Montana.

 

Nous obliquerons au Sud à la découverte du Wyoming et du Colorado…Plus tard nous subirons les fortes chaleurs du Nouveau Mexique et de l’Arizona. Nous plongerons dans les décors de westerns  qui pimentent la roche rouge de l’Utah et du Nevada…Au cœur du désert, nous n’échapperons pas aux tapageuses lumières de Las Vegas, la cité de tous les excès!

 

Une très grande diversité d’horizons, de cultures et de populations marquent ces grands espaces de l’Ouest : terres d’immigration au parfum d’eldorado pour certains, déserts brûlants pour d’autres qui trimballent leurs misères comme ces nombreux oubliés du miracle américain, ces laissés pour compte, d’une Nation riche, que la pauvreté a rendu transparents…

 

Début aout, nous quitterons les accents latino de la côte ouest pour une tout autre musique.

Ici, au Sud, c’est une vadrouille différente que nous entamons…

 

Sans transition l’avion nous dépose dans la chaleur moite de la Nouvelle Orléans, sur les terres humides de la Louisiane, là où une discrète idée de la vieille France perdure.

 

Derrière nous, les chaleurs sèches du Grand Ouest et ses grands espaces lumineux pour maintenant nous perdre dans le vert luxuriant des bayous et les saveurs épicées de la cuisine Cajun.

 

Le Sud, le « deep south », là où les senteurs de barbecues se mélangent aux arômes du Bourbon qu’on boit sec, d’un seul trait, en reposant sur le comptoir son verre vide pour saisir aussi vite le gobelet de « ginger ale » sensé calmer le feu de l’alcool de grains…

 

Le sud, le « deep south », pays de la « hot sauce », du « Coca Cola », des lèvres noires scellées sur le cuivre de la trompette, berceau des plantations de cannes à sucre et des champs de coton, paradis pour les églises qui fleurissent autant que les magnolias…

 

Le sud, le « deep south », c’est aussi et surtout des sourires, un subtil mélange de couleurs gaies, un accueil chaleureux immédiat, une alliance du noir et du blanc qui fonctionne, une culture de la musique, du Jazz et du blues, du blues et du jazz, du sax, de la trompette, du trombone plein les oreilles…

 

Le sud, le « deep south », c’est un savoureux plat de jambalaya fumant, servi sur le coin d’un bar aux boiseries sombres… Au dessus de vous, l’air brassé des  ventilateurs évente la fumée des consommateurs de tabac, la serveuse tourbillonne avec à la main une bouteille de Bourbon, au fond de la salle les musiciens s’installent…ça y est vous y êtes dans cette Amérique différente !

 

De « La couleur pourpre » de Caroline du Nord à « La couleur des sentiments » du Mississippi, en passant par la livrée vert bouteille d’« Un tramway nommé désir » qui bringuebale toujours sur le pavé des rues de la Nouvelle Orléans, le Sud et sa palette de couleurs chaudes  sauront nous séduire.

 

La Highway 61, la route du Blues, escorte la course du Mississippi depuis son large delta jusqu’au Nord des USA.

 

La légendaire « 61 » et sa musique, née de la souffrance des mains noires, nous l’abandonnerons à Memphis Tennessee. Puis ce sera la musique country de Nashville qui nous accompagnera en direction de la Géorgie, de la Caroline du Sud et des superbes villes historiques de Savannah et Charleston.

 

Tranquillement nous nous éloignerons des États sudistes pour rejoindre la côte Est et la capitale Washington, cette ville aux couleurs provinciales où le visiteur n’en a jamais fini avec la découverte de ses innombrables musées.

 

La dernière étape est proche ; sans surprise nous achevons notre année sur la route par New York, merveilleuse citée verticale que nous commençons à bien connaitre : notre ami Paul nous héberge à Manhattan…on se sent comme à la maison…

 

Septembre 2013 sera le mois du retour. Nous retrouvons la Bretagne et nos habitudes avec bonheur ; l’année sur la route a passé aussi vite  qu’un coup de crayon sur une feuille blanche!

 

Avoir traversé des contrées où les peuples sont durablement frappés par le malheur permet de relativiser les maux hexagonaux, même si ceux-ci sont bien réels et engendrent des désarrois.

 

Nous digérons maintenant cette césure, qui sans nous avoir fondamentalement changé, permet peut être de poser un regard moins étriqué sur ce monde enfiévré qui nous entoure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



25/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi