Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Colombie 27, cañon de Chicamocha, trek de 3 jours/2 nuits...marche à l'ombre!

Colombie 27, cañon de Chicamocha, trek de 3 jours/2 nuits… marche à l’ombre !

 

 

 

 

 

Un dernier pour la route !

 

 

 Au cœur de ce site majestueux qui pourrait soutenir tous les superlatifs célébrant une nature sauvage, parfois sévère, l’Etat Colombien a décidé de créer  « el Parque Nacional del Chicamocha ».

 

 

 Depuis décembre  2007, ce décor flamboyant  abrite des installations ludiques qui ne sont pas du goût de tous tant  la mélancolie andine cède la place aux  caisses enregistreuses :

 

 

 

 

 

 

Parkings surdimensionnés, écrans géants, comidas rapidas, acuaparque avec hôtels et piscines, vols en parapente, immense logo de l’incontournable opérateur téléphonique planté dans les flancs de la montagne …

 

 

Les artifices sont en place, assez voyants pour faire disparaitre les condors de la vallée et ainsi transformer le pueblito de Panachi en Disneyland Colombiano, endroit devenu le plus touristique du  Santander, voire du pays !

 

Dans cet espace naturel brut, là où les indiens Guane  ont tracé « el Camino Real », ça fait un peu désordre !

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais le cañon de Chicamocha ne se résume pas à ces balançoires géantes ou aux vertigineux sauts à l’élastique destinés à vendre le grand frisson…

 

 

 Dans cette tranchée béante qui ouvre la montagne sur près de 25 km de longueur avec des profondeurs rarement égalées (2000 mètres par endroit !), le grand spectacle est ailleurs !

 

 

Si les cañons de Cotahuasi et Colca  au sud du Pérou (*) disputent déjà le record de profondeur aux Américains  du Colorado avec leur Grand Canyon, les Colombiens font de même en présentant le Chicamocha comme  l’accident géographique le plus profond au monde…

 

 

Nous n’avons pas vérifié, nous n’avions pas de ficelle assez longue…

 

 Mais, pareille à une mangue bien mûre, en suivant durant trois jours el Camino Real, sentier précolombien plus ou moins bien préservé, nous avons  dégusté l’ immense cicatrice creusée par le rio Chicamocha  qui traverse certainement ce qu’il y a de plus beau dans le Santander !

 

 

Le grand show est au rendez-vous !

 

 

 

 

 

 

 

 

« El Camino Real », trek de trois jours de Barichara à Los Santos,  conseils pratiques :

 

 

35 km de marche mas o menos, c’est peu... mais la difficulté est bien présente :

 

 

 3070 mètres de dénivelé cumulé,

 

1300 m dénivelé positif, 1 770 m dénivelé négatif, 40° à midi dans le fond du cañon…

 

 

 

 

 

 

Règle de principe : chaque fois qu’on en a l’occasion, faire confirmer par les locaux qu’on est bien sur le bon sentier, certains embranchements peuvent être trompeurs. (Le trek peut se faire sans guide.)

 

 

 

 

 

 

 

Avant le départ, inutile d’aller brûler un cierge à l’église…Tout au long du parcours la Sainte Vierge nous accompagne, que peut-il donc nous arriver de fâcheux ? Nada !

 

 

1er jour :

 

Départ de Barichara en direction de Guane  (relativement facile).

 

 

 

 

 

 

 Guane est un très joli petit village qui mérite un arrêt,

 

 

 

 

 

... puis pente sévère sur les hauteurs de Villanueva avant de redescendre vers ce village ; 6 à 7 h de rando, sentier avec de nombreuses pierres fossilisées. Repos et première nuit à Villanueva.

 

 

 

 

 

 

Peu de chose à faire dans ce gros bourg sans charme mais excellent accueil réservé aux marcheurs.

 

Ici on vit de la production agricole: tabac (usine Philippe Morris), café et fèves de cacao.

 

 

 

 

 

 

 

 

2ème jour :

 

 

À Villanueva, ouverture des panaderias pour le petit déjeuner à 6h, départ 6h15 direction Jordan, le Camino Real  est en partie détruit voire inexistant (piste de terre).

 

  Ascension assez aisée dans la relative fraicheur du matin et longue descente difficile dans le  cañon, pas ou peu d’ombre, forte température, sentier d’éboulis, cailloux qui roulent sous la semelle…

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons perdu un peu de temps en arrivant sur les hauteurs du cañon : au niveau d’une petite ferme ( el Rancho Alegre ), l’accès à la descente n’est pas clair, nous nous sommes fourvoyés sur un sentier de chèvres  dominant des ravins gratinés en comprenant assez tôt que nous faisions fausse route…

 

 

 

 

 

 

 

L’entrée du sentier descendant au cañon se trouve en contournant « el Rancho Alegre » par la gauche.

 

  La finca propose une vente d’en cas et de boissons…Lors de notre passage c’était fermé.

 

 

Attention : à partir de ce point, aucun ravitaillement possible avant Jordan, prévoir l’eau en quantité suffisante.

 

Il est impératif d’arriver au plus tard vers 12h/12h30 à Jordan en raison des températures extrêmes.

 

 5h30 à 6h30 de rando.

 

Jordan, en fond de cañon, est un village fantôme écrasé de chaleur : une cinquantaine d’âmes vivotent de la production du tabac.

 

 

 

 

 

 

Un poste de police, deux tiendas, pas de restaurant officiel mais en direction de Los Santos, à gauche après avoir traversé le pont qui enjambe le rio, une famille propose un repas basique : omelette, riz, excellentes galettes de maïs et limonade naturelle…

 

la cena est servie sur une belle nappe aux couleurs de la France !

 

 

Sur la petite place de l’église, à la casa del caminante, hébergement en dortoir : ce soir-là nous étions les deux seuls marcheurs à attendre le lever du jour.

 

Au milieu de nulle part, pour les inconditionnels d' internet, ça marche!

« …se fonctiona, si señor ! »

 

 

 

 

 

 

3ème jour :

 

départ  dès le lever du jour, 5h30 /5h45, étape courte :

 

 La remontée du cañon de Jordan à Los Santos s’effectue sur un  superbe sentier précolombien tracé à flanc de montagne…

 

Ici on retrouve el Camino Real dans toute sa splendeur, décor magnifique dans le soleil levant, 2h30 de rando à faire à la fraiche !

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à Los Santos, petit village avec tous les services et réparation de chaussures si nécessaire…

 

 

 

 

 

 

La journée ne s’arrête pas en haut du bourg de Los Santos:

 

prendre un bus à destination de la mesa de Los Santos pour rejoindre el teleferico, prouesse technique inaugurée en janvier 2009 qui traverse le cañon offrant un sensationnel tour de manège dans la Cordillère  Orientale.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le téléphérique le plus long d’Amérique latine, (6 Km 300 quand même !), vous aurez le droit  de vous envoyer en l’air durant 25 minutes ! Pas mal non ?

 

 

 

 

(*) Voir saison 2,  Pérou 9, trek cañon de Colca…

 

 

 

 

 



13/04/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi