Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Colombie 14, la vallée de Cocora, zona cafetera...

Colombie 14, la vallée de Cocora, zona cafetera

 

 

Dans le « pais paisa » (1*)

 

 

 

 

 « Saoulé par Salento…filez donc à Filandia ! »…

 

 

 C’est en substance le conseil que nous pourrions donner aux voyageurs souhaitant sortir  un peu des sentiers battus !

 

 

En quittant Cali, nous nous sommes posés à Filandia : on a eu du flair…

 

 

 Salento, nous ne le sentions pas trop…

 

 Le village de montagne de la « zona cafetera » a construit sa réputation sur sa proximité avec la fameuse vallée de Cocora et ses emblématiques palmiers à cire, les plus hauts au monde !

 

 

 

 

Porte d’entrée de la splendide vallée, Salento fait donc le buzz depuis quelques années :

 

village arc en ciel en pure style colonial de la région d’Antoquia (2*), architecture paisa, maisons basses peintes en trois couleurs  avec un soin particulier apporté aux portes et fenêtres (2 couleurs), édifices coloniaux à balcons ouvragés, ruelles pavées…

 

 Et pour suer un coup, pauvres pêcheurs, l’inévitable chemin de croix en escalier  menant en mode pénitence au « mirador » surmonté d’un immense crucifix…

 

 

Du perchoir, belle vue sur les montagnes verdoyantes qui enserrent Salento.

 

Ici, l’instrument de torture qui a condamné Jésus  reste de facture modeste ; un simple poteau et une traverse de bois peints de blanc suffit à rappeler que si la région du café est prospère, elle rechigne à afficher ses richesses !

 

 

 

 

 

 Salento  et ses rues pittoresques a donc tout ce qu'il faut pour alimenter les brochures publicitaires qui ne manquent pas de vanter l’ « authenticité »  de ce pueblito fier de son identité et de ses coutumes.

 

 

 Quelques paysans paisa vêtus du poncho, coiffant avec chic le sombrero et portant en bandoulière le sac à main, tradition de l’élégance au masculin, complètent la carte postale attendue…

 

 

 

 

 

 

 Accompagnez le personnage d’un cheval ou d’un mulet, vous y êtes presque, vous avez devant vous la parfaite image de l’icône Juan Valdez…

 

 

Alors vous le reconnaissez ? Vous en reprendrez bien une petite tasse !

 

 

Les moins jeunes s’en souviennent : le petit écran  a longtemps porté en triomphe la réclame  pour le café de Colombie ; Juan Valdez deviendra le vecteur inusable du message promotionnel pour le breuvage fort et intense de la cordillère des Andes.

 

 

 

 

 

À Salento, on rencontre beaucoup de « Juan Valdez »… Un peu comme à La Havane où les fumeurs de cigare semblent être placés au bon moment, au bon endroit, pour satisfaire l’appareil numérique !

 

 

Bon, des paysans, il y en a quand même des vrais…les clones de Juan Valdez ne sont pas tous  là pour contenter le touriste !

 

 

Au fil de la renommée,  Salento est devenu le sanctuaire des marchands du temple…Le bourg autrefois habité par des familles modestes, s’est converti en un vaste ensemble touristique, où pratiquement chaque maison abrite un hostal, un restaurant ou un stand d’artesanias

 

 

 

 

 

Rançon du succès, le charmant village de Salento  s’apparente à un savant mélange du style  « petite cité de caractère » et « pèlerinage à Lourdes » où il convient d’ouvrir le porte-monnaie un peu plus grand qu’ailleurs…Rien de nouveau en fait, la mue de Salento est légitime tant la pression touristique est forte.

 

 

De l’autre côté de la vallée, à une demi-heure de bus de Salento, un autre pueblito, vit au rythme indolent de ces villages de montagne qui sentent bons le café : Filandia

 

 

Filandia est un bourg vivant avec une architecture traditionnelle, l’une des mieux préservées de la zona cafetera.

 

 

 

 

Village paisible au charme incomparable, bizarrement resté à l’écart du tourisme de masse, et ne bénéficiant pas de l’immense popularité de sa voisine Salento, Filandia est une formidable halte délassante et fait partie de ces pueblitos qui n’ont pas besoin d’afficher leur  « authenticité » pour séduire le visiteur…

 

 

Le bourg sonne vrai, un peu figé dans le passé, mais sans artifice, avec une population attentive aux voyageurs venus d’ailleurs qui viennent démentir que seule Salento mériterait  les honneurs  de la visite guidée !

 

 

 

 

 

Profitez de Filandia en poussant la porte du restaurant  Helena Adentro qui revisite la cuisine colombienne en lui apportant la touche de modernité qui bien souvent lui manque…Ne faites pas l’économie des cocktails, excellent !

 

 

 

 

 

 

 

Dans les contreforts de la Cordillère centrale se trouve une petite perle qui fait donc le bonheur de Salento : el valle del Corcora.

 

 

En 2016, le gouvernement Colombien  a décidé d’honorer les fameux palmiers à cire  de Corcora en mettant en circulation un billet de banque de 100 000 pesos, valeur la plus élevée du pays en papier monnaie.

 

 

 

 

 

C’est une large vallée verdoyante flanquée des sommets du parc National « los Nevados ».

 

 

Sur les alpages poussent les palmas de cera, l’arbre national de Colombie, le plus grand palmier au monde pouvant atteindre soixante mètres de hauteur. Ne pas compter sur lui pour vous faire de l’ombre…

 

 

 

 

 

Ces longues silhouettes filiformes semblent toucher le ciel dans une  magie de couleurs changeantes liée bien souvent aux passages nuageux d’une météo capricieuse.

 

 

Finesse et port magistral, ces surprenants palmiers qui ne poussent qu’en altitude seraient très sérieusement menacés : phénomène climatique ? Réchauffement global ?

 

 

 Avant qu’ils ne soient protégés par la loi, on utilisait la sève de l’arbre pour confectionner des bougies  et ses branches pour la fête chrétienne des Rameaux.

 

 

 

 

Si la vallée de Cocora est leur sanctuaire, permettant à Salento  de  prétendre qu’il s’agit du seul endroit au monde pour découvrir les géants, nous le verrons par la suite, comment Salento tire la couverture pour elle toute seule en ignorant une autre vallée, confidentielle, qui mérite aussi le détour…

 

 

Le spectacle est grandiose tout au long d’un sentier de randonnée  qui culmine  à près de 2900 mètres d’altitude dominant la vallée des palmiers.

 

 

Lieu insolite aux dimensions singulières, les marcheurs seront ravis de parcourir une belle randonnée dans la Cocora:

 

 

Prévoir de bonnes chaussures pour boucler les 15 à 20km de rando ( 5 à 7h, fonction de vos choix), ne pas oublier coupe-vent, poncho, « encas » et de l’eau en quantité  suffisante…Passage en forêt tropicale humide, franchissement de cours d’eau…Si vous montez jusqu’à  la finca aux colibris (pas nécessaire) possibilité d’un café chaud avec un morceau de fromage.

 

 

 

 

Le chemin peut être rendu glissant et boueux (pluie et passage des chevaux à certains endroits)

 

On peut  louer des canassons et  faire au plus court,  c’est-à-dire se rendre uniquement dans la vallée sans faire une boucle.

 

 

 

 

(1*) pais paisa : difficile à traduire…concept culturel et identitaire, la tierra paisa  égrène ses pueblitos au cœur des plantations de café et bananiers dans un décor de collines vertes, bosquets de bambous géants…prédominance des traditions…

 

 

 (2*) Salento appartenait autrefois à la région administrative d’Antoquia, un nouveau découpage régional a vu le jour, désormais Salento fait partie du Quindio.

 



24/02/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi