Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

"Antelope Canyon", un canyon pas comme les autres...

" Antelope Canyon , un canyon pas comme les autres..."

 

 

Page, cette petite ville du nord de l’Arizona, sans charme, voit défiler les plaisanciers amateurs de sports nautiques qui ne se trompent pas de destination en choisissant le magnifique lac Powell.

 

Au cœur de la Réserve Indienne, le  lac Powell n’est pas le seul atout touristique ; Les Navajos savent vendre une petite merveille géologique, un bijou naturel d’une grande finesse, un pur « diamant » d’une incroyable beauté : l’ « Antelope Canyon ».

 

Les troupeaux d’antilopes venaient s’abreuver de l’eau ruisselante qui glisse des terrasses avant de chavirer violemment dans les failles profondes…les bêtes ne s’aventuraient jamais dans le canyon, trop étroit, trop piégeur, trop dangereux…Mortel !

 

L’antilope sait la violence de l’eau boueuse, son instinct animal l’alerte de l’imminence du « flash flood ».

 

On ne rencontre plus guère les antilopes autour du canyon, les touristes les ont remplacées, moins agiles, plus lourds et rarement taillés pour l’escalade !

 

Le piège se referma un jour d’aout 1997 sur onze visiteurs, dont sept Français, qui périrent pour avoir voulu contempler les stupéfiantes couleurs de la pierre sculptée et érodée par le temps.

Seul le guide Navajo se sortira du brutal torrent de boue qui noya le canyon.

Depuis ce dramatique accident, l’entrée à « Antelope » est close les jours d’orage.

 

Le touriste a le choix entre deux accès pour descendre dans le goulet : le « Upper » largement vendu par les agences, très souvent encombré, ou le « Lower » plus étroit, plus escarpé, plus technique (échelles), mais évidemment beaucoup  plus paisible car nettement moins fréquenté.

 

Le meilleur est de s’y rendre pour l’heure de midi, là ou la lumière verticale du soleil inonde de clarté les parois de grès lisse modelées par l’érosion.

 

Nous ne sommes pas des photographes, nous ne disposons que de petits numériques qui se glissent aisément dans la poche…On prend de la photo souvenir en somme!...

 

Mais  même avec du petit matériel, dans « Antelope », on se prend pour l'artiste... L'autofocus capte aisément la magie de la lumière qui sublime la roche.

Le spectacle est saisissant : florilège sur le blog !

   



31/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi